LegoPi NES et Nintendo Mini Classic (mise à jour)

par Yome NetSan @ 19 mars 2017

Dans le précédent article, j'ai présenté ma LegoPi NES, une console d'émulation en Lego. L'idée m'était venu au moment de la sortie de la NES Classic Mini qui ne m'intéressait pas trop vu ses limitations.

Deux mois plus tard, j'ai atteint la forme définitive de ma construction Lego et le hack de la mini console de Nintendo a énormément progressé.

 

LegoPi NES Definitive Edition

L'idée de base de ce projet était donc de reprendre le look d'une NES en conservant certaines caractéristiques : le branchement des manettes en façade, l'allumage par le bouton habituel et l'insertion de cartouche (purement cosmetique cela dit).

Une fois le Raspberry Pi en ma possession j'ai dû modifier à plusieurs reprises le design que j'avais imaginé sur le logiciel officiel Lego Designer. En effet, aussi bon soit une modélisation faite virtuellement sur ordinateur, il est très difficile d'en juger la solidité et la praticité d'utilisation avant de l'avoir construite en dur avec de vraies briques.

 

 

Par exemple, j'ai remplacé les petites plaques servant de base par deux beaucoup plus grandes pour consolidifier l'ensemble. J'ai aussi réduit le nombre de studs maintenant le dessus la console pour pouvoir l'ouvrir plus facilement. Il y avait aussi un problème de place lié aux câbles HDMI et USB. J'ai réussi à les faire tourner au dessus de la carte mère et à les faire passer sous le plateau de la cartouche. Quelques briques en plus au niveau des proses USB permettent de maintenir la carte mère dans sa position et d'éviter qu'elle bouge quand on manipule les prises.

 

 

La dernière fonctionnalité que je tenais à ajouter était un bouton d'allumage en façade. En effet, de base, le Raspberry Pi s'allume quand on branche la prise USB d'alimentation et il est possible de l'éteindre directement dans l'interface de la distribution (Recalbox dans mon cas). Devoir débrancher/re-brancher la prise de courant à chaque fois, ce n'est pas très pratique. Heureusement, il est possible de connecter un interrupteur grâce au port GPIO (General Purpose Input/Output) situé sur la carte mère.

Lire la suite de l'article ici...

Raspberry Pi : émulation et arcade fait main

par Yome NetSan @ 21 janvier 2017

Classique à prix pas mini

Vous n'avez pas pu passer à côté de la folie Nintendo Classic Mini, cette mini NES commercialisée par Nintendo en fin d'année dernière et qui permet de jouer à 30 jeux de la belle époque.

Malgré le récent hack permettant d'ajouter de nouveaux jeux à la machine, cette dernière me parait trop limitée pour mon utilisation. Elle sera peut-être un jour mienne si une occasion à prix dérisoire se profile mais vu les ruptures de stock et la spéculation dessus, ce n'est pas près d'arriver.
D'autant que Nintendo aurait pris la décision incompréhensible d'en arrêter déjà la production...
[EDIT 12/3/2017 : En fait, non, la production a repris et le hack s'est amélioré, à voir ici]

La Famicom Mini, la version japonaise, me tenterait déjà un peu plus pour son look et je ne dirais pas non à une manette NES seule à brancher sur une Wiimote, pour le fun...

Et puis juste un truc.... Il n'y a que moi que ça choque l'angle des côtés gris clair qui ne sont pas aussi verticaux que sur l'original ? Je trouve que ça casse l'allure générale, pas vous ?

 

 

Emulsion de framboise

A côté de ça, les alternatives pour jouer à des jeux NES, ce n'est pas ce qu'il manque ! La console est émulée depuis des années sur à peu près tout ce qui boot. J'utilise déjà de temps à autres des émulateurs sur PC, Game Boy Advance, Nintendo DS et Playstation Portable, sans parler de ceux existant sur Android, Wii, XBox ou Game Cube.

Mais dernièrement, j'ai été intrigué par une mini NES en Lego faisant tourner toutes sortes d'émulateurs. L'idée d'avoir une box plug-and-play faite en Lego m'a tout de suite séduit ! J'ai alors découvert le Raspberry Pi et ses possibilités.

 

 

Ce micro-ordinateur se présente sous la forme d'une carte-mère de 12,2 sur 7,7 cm, fournie nue pour environ 40 euros et doté d'un processeur Quad Core 1.2 GHz, de 1 Go de RAM et de toute la connectique qu'il faut (4 USB, 1 HDMI, RJ45, Wi-Fi et Bluetooth). A partir de là, il est possible d'y installer la distribution Linux que l'on veut, sur la carte micro-SD que l'on veut, de l'alimenter avec le même genre de câble USB qu'un smartphone (USB micro-b) et de le mettre dans n'importe quel boitier (dédié ou custom).

 

 

Lire la suite de l'article ici...

Gēmu-kan V.1.2 : Un an et demi de mises à jour

par Yome NetSan @ 24 novembre 2014

 

Lors de notre dernière visite dans ma Gēmu-kan (ma salle de jeux retro), le rangement était terminé et j'avais une télévision cathodique à disposition pour le jeu.

C'était en avril 2013 (il y a déjà un an et demi) et depuis il s'est passé quelques bricoles...

 

 

 

Gēmu-quoi ?

Avant d'entrer dans le vif du sujet, je me rends compte que je n'ai jamais expliqué ici le pourquoi de Gēmu-kan.

Gunpei Yokoi Gemu-kan
Gunpei Yokoi Gemu-kan
J'ai découvert ce terme japonais en lisant la biographie de Gunpei Yokoi éditée par Pix'n Love. En effet, avant d'être traduite et complétée par Florent Gorges, l'édition originale de 1997 s'intitulait 横井軍平ゲーム館, soit Gunpei Yokoi Gēmu-kan (la maison de jeu de Gunpei Yokoi).

Loin de vouloir me comparer à Gunpei Yokoi, je trouvais simplement que ce terme était plus original que ce que l'on entendu d'habitude comme gaming room, geek room ou retro room.

 

Gēmu-kan V.1.1

Tout d'abord, juin 2013 a vu l'arrivée d'un nouveau téléviseur, encore plus gros que le premier. Ceci a aussi coïncidé avec la trouvaille en brocante d'un Hanimex TVG 8610, une vieillerie qui se branche sur une prise antenne ! L'aménagement de l'ensemble du coin gaming a donc dû être repensé pour pouvoir profiter de tout ça.

Les jeux NES qui trônaient au centre du buffet sont descendus d'un étage pour se cacher derrière les portes et laisser la place à la première télévision qui se trouvait auparavant sur une petite table à gauche.

J'ai récupéré un ancien bureau d'ordinateur pour y installer le nouvel écran. C'est le genre de meuble avec ce tiroir très pratique pour le clavier. J'ai pu y glisser trois consoles et en combinant cela avec le caisson de basse de mon petit kit 2.1 et un câble RGB multi-consoles de grande qualité (avec commutateur), j'ai porté à cinq le nombre de machines sur ce seul écran !

Lire la suite de l'article ici...

Le vent du large souffle sur ma collection Zelda

par Yome NetSan @ 9 octobre 2013

L'arrivée ce samedi du "nouveau" jeu The Legend of Zelda : The Wind Waker HD et sa statuette de Ganondorf m'a donné envie de mettre à jour ma petite collection Zelda.

Ganondorf
Ganondorf

L'aventure au sens large

Durant mon enfance, j'ai joué à tous les Zelda depuis les deux premiers sur NES. Mais bizarrement, le premier que j'ai acheté fût Link's Awakening DX au moment où j'ai eu mon premier Game Boy Advance SP. Il était déjà passé dans la case "rétro" et c'est celui qui a rendu ma copine "accro".

J'étais passé à côté des deux épisodes sur Nintendo 64 mais je me suis rattrapé sur Nintendo 3DS et j'attends un remake de Majora's Mask... Mais finalement, il y en a quand même quelques uns que je n'ai jamais fini comme The Adventure of Link (c'est pas faute d'avoir essayé pourtant, et plusieurs fois !), The Minish Cap (boss final si mes souvenirs sont bons), Spirit Tracks (je le recommencerai avec mon fils, fan de trains), Twilight Princess (que je veux recommencer sur Game Cube), Freshly-picked Tingle's Rosy Rupeeland (mais est-ce un Zelda ?). 

 

Oh... Séance photo

Me voilà donc, ce samedi soir, à ressortir tous mes jeux, tous mes livres, tous mes goodies en rapport avec cette série car à peu près la moitié de ces objets figuraient sur mon site sans photo. Après avoir pris en détail chacun d'eux, j'ai déballé le reste pour faire une jolie photo de famille.

Projet un peu futile étant donné la piètre qualité de mon appareil photo (mon reflex étant en panne) et dont le résultat a finalement basculé dans la catégorie "temps perdu". En effet, ce n'est que pendant la longue phase de rangement que je me suis rendu compte, en plus de mes omissions consentis (la boîte du GBA Zelda et la cartouche de Minish Cap), de mes oublis inadmissibles : Ocarina of Time 3D et sa boite collector, un T-shirt et un badge Pix'n Love ainsi que deux valises de transport (lunch box + dorée) et quelques autres goodies et magazines !

Bref, je recommencerai (peut-être) en fin d'année...

 

L'aventure au grand large

Mais le plus important, c'est quand même de retrouver Link, son bateau et l'océan. Car oui, la raison pour laquelle Wind Waker est certainement mon Zelda 3D préféré, c'est l'océan.

Peut-être est-ce mon passé de voileux qui me donne envie de tirer des bords pour découvrir la moindre petite île, de voir les mouettes voler à mes côtés, accompagné par cette musique pleine d'aventure ? Ou est-ce cette sensation de liberté, d'immensité qui me donne le tournis ? On voit une silhouette au loin, on s'approche pour découvrir une île. On accoste, on fait quelques pas sur une plage. On visite un village, on entame l'ascension d'une montagne. On entre dans une caverne pour y découvrir un monstre. Tout ça (presque) sans coupure, d'une seule traite. C'est grand, c'est beau, ça parait infini.

Ce jeu et sa suite sur DS me font vraiment voyager. J'ai un vrai sentiment de dépaysement quand je m'y mets. A tel point que lorsque l'on jouait, ma copine et moi, à Phantom Hourglass, en même temps, chacun avec sa console sur le canapé, il nous est arrivé le dialogue suivant :

Elle : "Tiens j'arrive vers cette île" (je ne me rappelle plus laquelle)
Moi : "Ah oui ? Moi aussi ! Attends on va se croiser !"
Elle : "..."
Moi : "Mais t'es où ? Je ne te vois pas !"

Quel dommage que le manga officiel n'ait pas (encore ?) été traduit...

Lire la suite de l'article ici...

Un canard, une souris, un lapin... Dix, n'est-ce pas ?

par Yome NetSan @ 21 août 2013

Retour aux sources de Picsou

A force de voir tout le monde jouer à Duck Tales Remastered, j'ai fini par craquer samedi dernier. Non, je n'ai pas fait chauffer la carte bleue parce que j'espère le trouver en version boîte lors de mon voyage aux Etats-Unis. J'ai plutôt décidé de ressortir l'original sur NES. J'ai été surpris de m'en souvenir aussi bien après plus de vingt ans. J'ai même réussi à le finir en un peu moins d'une heure (en Easy cela dit) !

Ca m'a rappelé les heures passées durant mon enfance à regarder La Bande à Picsou et à lire Picsou Magazine. Oui, je dois avoir une certaine attirance pour les vieux canards avars. 

 

Il n'y a pas que les canards dans la vie

Dans la foulée, je me suis lancé dans l'aventure portable sur Game Boy. Je l'avais depuis quelques années mais je n'y avais jamais vraiment joué. On y retrouve tous les niveaux de la version "console de salon" adaptés à l'écran plus petit. C'est assez impressionnant, je trouve. Il m'a résisté un peu plus longtemps (par manque d'expérience, je pense) mais je l'ai quand même terminé dès dimanche soir.

Maintenant, j'aimerais beaucoup m'essayer à Duck Tales 2 mais les cartouches NES ou Game Boy sont bien plus rares et les prix déjà trop chers.
Je vais donc devoir me tourner vers l'émulation dans un premier temps.

Et donc depuis samedi, j'ai la chanson du générique qui tourne en boucle dans la tête. D'ailleurs, je n'avais jamais entendu la chanson en entier et j'ignorais même qu'il y en avait eu une première puis une seconde version.

 

Il y a les souris et les lapins aussi !

J'ai aussi profité du long weekend pour commencer sérieusement Disney Epic Mickey 2 The Power of Two sur Playstation 3. C'est Acksell qui m'avait donné le bon plan pour trouver la version Collector à peu cher en janvier et j'ai finalement craqué en mars dernier. J'y joue avec le PS Move et j'aime vraiment beaucoup.

Alors oui, il a pas mal de défauts et la plupart étaient déjà présents dans le premier épisode : la caméra un peu à la ramasse, les objectifs pas toujours très clairs, des bugs de dialogues. De plus, le jeu a été clairement pensé pour se jouer à deux en coopération et quand l'on joue seul avec MickeyOswald en profite pour faire un peu ce qu'il veut (et forcément pas ce qu'on attend de lui).

Mais j'adore tellement l'univers, l'ambiance et les clins d'œil cachés partout dans les décors que je ne peux que continuer. J'utilise le guide officiel en version collector pour m'aider quand je suis perdu.

Le fait de pouvoir passer chaque obstacle de deux façons (au moins) ajoute aussi une dimension intéressante. Tout dépend si l'on veut faire plutôt "le bien" (en repeignant les toons) ou "le mal" (en dissolvant ce qui reste). Au final, on passe fatalement à côté de certaines choses et il faudrait refaire le jeu plusieurs fois pour tout essayer. Et c'est sans compter le nombre dingue de quêtes annexes et d'objets à collectionner (comme les pin's, idée tirée du Pin Trading des parcs Disneyland). Mais je n'aurai certainement pas le courage de tout débloquer...

En plus, contrairement à Tomb Raider que j'ai fini la semaine dernière, je peux y jouer en journée, devant mon fils qui prend ça un peu comme un dessin animé. A tel point qu'il m'a dit hier soir : "Toi tu joues à Mickey et moi je regarde et je rigole". Ca s'est fini avec The Art of Disney Epic Mickey comme livre de chevet au moment de se coucher.
Quand on peut faire plaisir...

 

Vu que je suis dans l'univers Disney, il faudra que je jette un œil sur le remake à venir de Castle of Illusion tout en espérant le même traitement (par Wayforward si possible) pour Quackshot...

Le point ludo-annuel

par Yome NetSan @ 13 août 2013

Comme chaque été, je fais un petit inventaire des jeux finis, en cours, en attente, voire abandonnés. Mais cette année, je vais m'abstenir de me fixer des objectifs car je ne les tiens jamais. Pourtant, je vois la fin (ou en tout cas "une" fin) de beaucoup plus de jeux que je ne l'imaginais. J'ai aussi l'impression de beaucoup joué sur des consoles retro (NESSuper Nintendo et GameBoy), mais je me rends compte que ce sont à chaque fois de petites sessions sur des jeux différents.

Jeux finis depuis août 2012 :

Lire la suite de l'article ici...

Gēmu...Cadres

par Yome NetSan @ 31 mai 2013
 

Dans le cadre de l'aménagement de ma Gēmu-kan, je me suis mis à encadrer certaines affiches et autres illustrations pour décorer les (rares) mures libres.

En fait, ils sont tellement rares que je vais organiser des "rotations" pour avoir une décoration un peu "vivante".

Pour cette série, il y a un peu de tout : des jeux Super Nintendo ré-imaginés par un artiste français, de la propagande sous-marine, des affiches/publicités d'époque et des cartes postales issues de jeux en versions collectors, dont une dédicacée par son designer grâce à un certain Florent Gorges.

Bref, de quoi se distraire lorsque les yeux quittent l'écran...

 

 

Bioshock 2 Edition Spéciale (Xbox 360) 

The Nintendo Game Plan (Nintendo NES)

Now You're Playing with Portable Power (GameBoy)

 

Epic Mickey 2 (Playstation 3) Game Center CX 2 (Nintendo DS)

Liens

NetSan NetworBouncing Around Euroom - My European Phish Journal
The Mook of LovePix'n Love Sakura 2009
Yome's TwitterMusique Vivante - Concerts



Check Google Page Rank


Recherche avancée

Now doing...

Now Listening...
Phish
2017-09-01 Dick's

Now Playing...
Nintendo 3DS
Metroid : Samus Returns

Now Playing...
The Legend of Zelda
Breath of the Wild (Switch)

Now Reading...
Gaming
The Art of Velocity 2X

Now Listening...
Metroid
Metroid: Huntress

Now Listening...
Metroid
C A Z A D O R A

Now Playing...
Nintendo 3DS
Picross 3D Round 2

Now Doing...
Jeu de société
Les Mystères de Pékin

Now Playing...
Playstation 3
The Trials of Topoq

Now Playing...

Now Playing...
Playstation 4
Redout - Lightspeed Edition

Now Playing...
Jeu de société
Kingdomino