Ma sélection des meilleurs jeux Android

par Yome NetSan @ 28 septembre 2012

A l'occasion des 25 milliards de téléchargement sur le Google Play (l'ex Android Market), je vous propose la liste de mes jeux préférés pour vos smartphones sous Android.

Alors je ne parlerai pas des plus connus comme les Angy Birds (malgré le fait que c'est sur ces 4 jeux que j'ai passé le plus de temps depuis 2 ans), Triple Town ou des jeux Gameloft. Qu'on les aime ou pas, tout le monde les connaît et les a déjà essayé.

Je préfère mettre en avant les jeux que j'estime essentiels et qui restent dans mon téléphone, avec à chaque fois le prix et le lien vers le jeu et la démo éventuelle.

 

Rayman Jungle Run (2,49€)

Développé par Pastagames et sorti tout juste hier, c'est le top en matière de ce qui se fait le mieux dans le genre. Rayman court sans s'arrêter et suivant les mondes il "suffit" de sauter, taper du poing, etc. en cliquant sur l'écran. Les graphismes, l'animation et l'environnement sonore sont excellents. Vous voyez Rayman Origins ? Ben pareil. D'ailleurs le principe de cette version reprend un peu celui des niveaux où il fallait courir après un coffre sur pattes. Le level design est aux petits oignons et le tout est très addictif.
Seuls bémols, quelques ralentissements suivant les téléphones et les applications qui tournent et l'absence de "Succès" et de classement en ligne contrairement à la version iOS.

 

Pix'n Love Rush (1,49€)

Je ne vais pas m'étaler encore sur ce jeu après y avoir déjà consacré 5 articles complets !
Notez quand même que c'est encore les petits français de Pastagames qui signent ce jeu et qu'une version "light" ne disposant que d'un seul mode de jeu est disponible gratuitement sous le nom Game Story.
Sachez enfin qu'en plus d'iOS, il est aussi jouable sur PS3, PSP et Vita grâce à la version minis à 1,99€ sur le Playstation Store.

 

Osmos (2,49€ + Démo)

Une de mes grosses claques sur PC l'année dernière, j'avais promis de faire un article à son sujet et j'ai toujours oublié de le faire.
Ce jeu vous met dans la peau d'une cellule. Lorsque vous tapotez sur l'écran, elle expulse un peu de sa matière, ce qui la fait avancer dans la direction opposée mais fait aussi fatalement diminuer sa taille. Le problème est que vous êtes généralement entouré d'autres cellules plus ou moins grosses. Vous pouvez vous faire absorber par les plus grosses mais à l'inverse vous même absorber les plus petites qui diminuent alors autant que vous grossissez... et devenez plus grosse que les autres. Les différents modes de jeux alternent les objectifs et les mises en scènes (bulles ennemis inertes ou "vivantes", rotation autour d'un centre de gravité, etc.) mais globalement, le but est toujours de devenir la plus grosse cellule de l'écran.
C'est beau, captivant, enivrant, relaxant et stressant à la fois.
Le jeu existe aussi sur iOS et PC sur hemispheregames.com.

Lire la suite de l'article ici...

Un nouveau live de Phish, ça c'est Palace !

par Yome NetSan @ 25 septembre 2012

Un peu comme l'annonce à la dernière minute de l'année dernière, le dernier concert tiré des archives de Phish a été dévoilé la semaine dernière pour une sortie ce mardi.
December 6 1997 The Palace at Auburn Hills est un autre extrait de la tournée d'automne 1997, très justement baptisée "Phish Destroys America". Par le passé, livephish.com a déjà sortie pas mal de concerts de cette tournée comme celui du lendemain à Dayton, Denver en tant que Volume 11, le triple coffret Hampton/Winston-Salem de l'année dernière ou 2 des 3 concerts du nouvel an au Madison Square Garden (29/12 et 30/12).

Aussi bizarre que cela puisse paraître venant de moi qui ait découvert Phish en 1997 et qui ait téléchargé un nombre incalculable d'enregistrements de l'ère 97/98, je n'ai jamais écouté celui-ci. N'ayant entendu parlé du "Tweezabella" du second set que la semaine dernière, c'est avec un esprit vierge que j'embarque pour cette aventure.

Set 1

Le début du premier set est assez inhabituel et ressemble à un second set inversé avec Golgi Apparatus et Run Like An Antelope, deux chansons le plus souvent joués respectivement en rappel et en fin de set 2. Et ce deuxième morceau donne déjà le ton de la soirée sans qu'on s'y attende avec une improvisation de 10 minutes allant du funk au rock.
Train Song amène un petit moment de calme avant que les gars n'alternent les gros combos funky (Bathtub Gin > Foam et Fee > Maze) avec les chansons bien rock et rapides (Sample in a Jar et Cavern).
La fin toute douce de Fee s'enchaîne magnifiquement sur l'intro d'un Maze dirigé d'un bout à l'autre par Trey Anastasio. Le guitariste part dans toutes les directions (pour un labyrinthe ça se comprend) et termine à fond avant de revenir sur une fin tranquille. De vraies montagnes russes !

Lire la suite de l'article ici...

Catégories

Mon avis | Musique | Phish

Mots-clés

| | | | | | | |

Rayman Jungle Run, rien ne sert de courir, il faut partir à point !

par Yome NetSan @ 20 septembre 2012

Prévu pour le 20 septembre, Rayman Jungle Run, la version mobile de Rayman (nouveaux niveaux et nouveau gameplay) développé par les p'tits gars de Pastagames en collaboration avec Michel Ancel lui-même, est sorti avec un jour d'avance sur iOS.

Pourtant, il ne sera finalement disponible que le 27 septembre sur les appareils Android ! 

Quelle déception... pour une fois que j'attends la sortie d'un jeu sur téléphone !!

Mais visiblement, les développeurs ne sont pas sur la même longueur d'ondes que l'éditeur :D J'espère que c'est bon signe !

Remarque, je préfère ça par rapport à ne pas avoir de version Windows Phone 7...

Où l'on reparle de Shatter et de Module

par Yome NetSan @ 19 septembre 2012

Je t'ai déjà parlé de Shatter, ce casse-briques moderne et survitaminé de Sidhe, disponible sur la Playstation Store de la PS3, PC, Linux et Mac. Et bien, après une promo éclaire la semaine dernière sur Steam, le voici inclus au Humble Indie Bundle 6 !


humblebundle.com

 

Je t'ai aussi parlé de Shatter, la musique de Module (Jeramiah Ross) aux sonorités électro-rock, qui se trouve aussi faire partie du le bundle sus-cité (en mp3 et en Flac) et qui existe en une version vinyle toute de bleu vétue.

Et bien elle sera jouée en live par son compositeur demain jeudi 20 septembre, lors d'un show exceptionnel au San Francisco Bath House de Wellington, en Nouvelle-Zélande. Attention, quand je dis exceptionnel, je parle de lumières, de lasers et d'instruments joués en live (syntétiseurs, guitares, ordinateurs) !

"Super", tu vas me dire. "Je vais de suite prendre un billet d'avion pour aller voir un concert de musique de jeu vidéo à l'autre bout de la terre !"
Et bien je te répondrai : "Tu as de la chance si tu peux partir comme ça sur un coup de tête. Mais ne soit pas si amère, il y existe aussi une autre alternative."

En effet, le concert sera retransmis en direct sur http://youtube.com/modulenz en son et images ! Pour nous pauvre français, il faudra sécher l'école et se caler devant l'écran de 11 heures à 14 heures. Et au grand pire, le concert sera archivé sur le compte Youtube de l'artiste et un DVD est même envisagé !

Toutes les infos sont là : http://module.co.nz/shatter-live-stream-info/

En attendant le lien direct vers le concert (que je mettrai ici dès qu'il sera disponible), voici ce que ça donne Module en live... Lire la suite de l'article ici...

Nolife Story ou l'histoire passionnante de passionnés vivant leur passion

par Yome NetSan @ 14 septembre 2012

Moins d'une semaine ! C'est un record pour moi !

J'ai déjà fini la lecture de Nolife Story, l'histoire de la chaine de télévision Nolife par Florent Gorges (Editions Omaké Books) alors que je l'ai acheté samedi dernier. Attention, cela ne veut pas dire que le livre est court et qu'il n'y a pas de contenu, au contraire. Mais cela veut dire que cette histoire est réellement passionnante et qu'il n'est pas possible de lâcher le livre ! C'est bien simple, cela fait bien longtemps que je n'étais pas resté le soir seul au salon pour lire au lieu de jouer ou regarder un film !

Que tu regardes Nolife ou pas (personnelement ce n'est pas souvent), que tu aimes les jeux vidéo, la J-Music, le Japon, ou pas, que tu t'intéresses aux techniques audio-visuels ou aux coulisses d'une chaine de télévision ou pas, tu dois lire ce livre ! Oui, même toi Petit Caribou !

Premier réflexe en finissant la lecture, s'abonner à Nolife Online et attendre fébrillement les 10 ans de la chaine pour avoir le volume 2 !

 

Mais en attendant, ne ratez pas la nouvelle émission de Florent sur Nolife : Les oubliés de la Playhistoire. Ca commence ce soir et ce sera tous les vendredis dans le 101% !

La Classe Américaine, ou le mystère de l'horloge pixelisée

par Yome NetSan @ 10 septembre 2012

Cette semaine, j'ai vu pour la première fois La Classe Américaine, le grand détournement de films de la Warner de Dominique Mézerette et Michel Hazanavicius (bien avant OSS 117 et The Artist). Le film a été restauré par un ouf malade en recherchant les films utilisés et les séquences sur les DVD et maintenant les BluRay (voir son site : cyclim.se).

Un plan en particulier lui a posé des soucis : une horloge. Depuis le début du projet en 2005, impossible de trouver d'où elle venait ! Ce n'est qu'en mars 2011 qu'il fut découvert qu'elle venait de Maigret et les plaisirs de la nuit !
Ils pouvaient toujours chercher dans les Warner, tiens...

Pour ma part, j'espère ne pas avoir à attendre 6 ans pour résoudre le mystère de cette horloge pixelisée...
Merci au généreux expéditeur anonyme !

«Rosebud de merde...»


Collections et Objets dans cet article

 
Pixel Time

Catégories

Collection

Mots-clés

| | | | | |

Rencontre Florent Gorges

par Yome NetSan @ 8 septembre 2012

Aujourd'hui a eu lieu la première rencontre dédicace de Florent Gorges à Lyon. Ca se passait à la librairie Glenat du centre commercial de la Part-Dieu.

Je suis arrivé en fin de journée et une petite troupe était là, simplement en train de discuter d'Omaké Books et de Pix'n Love avec un Florent toujours aussi sympatique, souriant et disponible. Ca a été un vrai plaisir de le revoir pour la première fois depuis le voyage au Japon en 2009, ainsi que Fred et d'autres lecteurs de la communauté GameBlog. J'ai d'ailleurs eu la surprise qu'il me présente en parlant de mon blog et du site Mook of Love !
Nous avons eu le droit à quelques exclusivitées sur ses travaux actuels mais nous n'avons pas le droit de parler (hormis le volume 4 de l'Histoire de Nintendo qui n'est pas un secret et le Volume 2 du Franponais qui avait déjà été annoncé). De toute façon, tout sera de toute façon bientôt révélé donc patience...

J'en ai profité pour prendre le seul livre qu'il me manquait (NoLife Story) ainsi que la trading card de la biographie de Yoshihisa Kishimoto. Dommage qu'il n'ai plus eu celle de NoLife Story, c'est à présent la seule qui me manque...

La journée s'est terminée en accompagnant Florent à la gare car il repartait tout de suite pour Paris avant de s'envoler pour la Japon dans les prochains jours.

Un grand merci à lui d'être venu nous voir et j'espère à très bientôt !

Phish ou l'histoire du fucking Dick

par Yome NetSan @ 3 septembre 2012

Je vais vous raconter une petite histoire. C'est une de ces histoires qui s'écrivent sur plusieurs années et qui font que des milliers d'américains et quelques européens aiment Phish.

1986 : La cassette blanche

Le premier "album" de Phish n'en était pas vraiment un. Il s'agissait d'une sorte de compilation de morceaux enregistrés pendant les 3 années précédentes et qui était diffusé sous forme de cassette lors des concerts. La pochette était blanche simplement ornée de leur logo, d'où les multiples titres non officiels : Phish, Demo ou plus communément The White Tape.

La majorité des morceaux y figurant n'a pas été jouée en concert depuis ces années là, voire jamais, ou alors dans des versions grandement modifiées.
L'album est sorti pour la première fois de façon officielle en CD en 1998, puis en vinyle en 2011.

http://en.wikipedia.org/wiki/Phish_(album)

 

2010 : Le retour des possibles

Après une pause en 2001-2002, une séparation définitive en 2004 et un retour en pleine forme en 2009, l'année 2010 marque pour Phish le retour des setlists où tout est possible, même jouer pour la première fois depuis le 29 avril 1987 le morceau Fuck Your Face.

Ce morceau est à la fois très différent du "son" Phish (un peu "violent" tant pour la musique presque métal que dans les paroles) tout en étant typiquement Phishy (une structure hachée, des solos de guitare tranchants, des paroles absurdes).

Depuis ce 2 juillet 2010, la chanson a été jouée une demi-douzaine de fois et on peu dire à présent qu'elle est passée du statut "enterrée et oubliée" à "vivante et passe dire bonjour de temps en temps".

http://www.livephish.com/searchRes.aspx?searchStr=fuck+your+face&x=59&y=16

 

2011 : Le Super Spécial Spectacle au Stade

Pour cloturer leur tournée d'été, Phish joue 3 soirs de suite dans un grand stade de soccer, le Dick's Sporting Good Park à Denver, dans le Colorado, et pour s'amuser, lors du premier concert, ils ne jouent que des morceaux dont le titre commence par la lettre "S". Comme ça, sans raison, sans rien dire.

Les fans sur place ne se rendent compte de la blagounette qu'au bout de 5 ou 6 chansons et se mettent à anticiper la suivante. Le concert est très bon avec quelques surprises comme des titres joués pour la première fois depuis 1996 ou 1998 ou un autre joué sans son "introduction" (Silent in the Morning est toujours précédé de The Horse) mais pas de grosse improvisation car ils ont voulu y mettre le plus de morceaux possible (un seul autre commençant par "S" sera joué lors des deux concerts suivant).

Set 1: Sample in a Jar, Sparkle, The Sloth, Sweet Virginia, Susskind Hotel, Strange Design, Stash, Sneakin' Sally Through the Alley -> Sparks > Scent of a Mule, Stealing Time From the Faulty Plan, Shine a Light, Split Open and Melt, The Squirming Coil
Set 2: Sand > Simple -> Steam > Soul Shakedown Party -> Seven Below > SuzySuzy Greenberg > Scents and Subtle Sounds > Slave to the Traffic Light > Silent in the Morning > Sanity, Sweet Adeline
Encore: Sabotage

http://www.livephish.com/live-music/0,634/Phish-mp3-flac-download-9-2-2011-Dicks-Sporting-Goods-Park-Denver-CO.html

 

2012 : Fucked

Un an plus tard, même lieu, même fin de tournée, même série de 3 concerts, on s'attend forcément à quelque chose, surtout après les concerts fracassants de cet été.

Set 1: First Tube, Uncle Pen, Carini, Kill Devil Falls > You Enjoy Myself, Ocelot, Undermind
Set 2: Runaway Jim > Farmhouse > Alaska, Chalk Dust Torture > Emotional Rescue > Fuck Your Face
Encore: Grind, Meatstick

Ce qui saute aux yeux, c'est le nombre ridicule de morceaux (7 + 6 + 2) alors qu'en ce moment la moyenne tourne plutôt à 12 + 10 + 1. Comme ils ne sont pas du style à faire un concert d'une heure et demi, il faut bien "meubler" pendant 3 heures ! Les improvisations ont donc été nombreuses et longues, comme à leurs début où ils ont commencé à étirer leurs morceaux parce qu'ils n'en avait pas suffisament pour jouer deux sets.

Ca promet....

Avant You Enjoy Myself, Page, le pianiste, a remercié les fans d'être là en précisant qu'ils adoraient ce lieu : "We love Dick's". Le groupe a alors entrainé le foule à chanter "We love Dick's ! We love Dick's !".
Ai-je besoin de préciser ce que veut dire "dick" en anglais ?
You Enjoy Myself se termine toujours par une improvisation vocale a cappela et, cette fois, quelques phrases ont fusées comme "Page loves Dick's, Mike loves Dick's, Trey loves Dick's, the band loves Dick's" (Mike étant le bassite et Trey, le guitariste).

 

Mais, mais...
First Tube, Uncle Pen, Carini, Kill Devil Falls, You Enjoy Myself, Ocelot, Undermind...
F.U.C.K. Y.O.U. ?!

Les fans ont mis un peu de temps à voir le motif mais ils ont finalement compris que le second set commencerait par un "R", aurait beaucoup d'improvisations (durée moyenne de 13 minutes par morceau) et se terminerait par Fuck Your Face.

Mais ils n'avaient pas prévus qu'il y aurait Farmhouse et Alaska, normalement peu sujets aux jams, et que l'homonyme de l'état serait introduit par une longue ambiance laissant plutôt entrevoir 2001, aussi appelé Also Sprach Zarathustra... ça aurait marché.

Pour la lettre E, il n'y avait pas trop de possibilités. Ils ne pouvaient clairement pas jouer Eliza (absente depuis 1992) ou End of Session (un collage réalisé en studio pour The Story of the Ghost et jamais joué en concert). Il ne restait qu'Esther, un long morceau plus ou moins fréquent et adoré par tous, mixant grandes plages instrumentales et paroles racontant une histoire mystérieuse et tragique. Et bien non ! Ce sera Emotional Rescue, une reprise des Rolling Stones qui n'avait été joué que 4 fois entre 1997 et 2000 !

Du pur Phish.

Et les rappels ? Grind est une petite chanson a cappela durant laquel chaque membre du groupe donne son age en nombre de jours. Le mot veut dire "grincer" et peut s'employer pour parler d'un humour "grinçant".
Et Meatstick, "saussisse" ou littéralement "bâton de viande", se passe de commentaire dans le contexte...

Grivois mais tellement bon !

http://www.livephish.com/live-music/0,702/Phish-mp3-flac-download-8-31-2012-Dicks-Sporting-Goods-Park-Denver-CO.html

 

Bon, j'y retourne. C'est pas tout ça, mais c'est la rentrée, la tournée est terminée, mais niveau écoute je n'en suis qu'à début juillet...

Catégories

Musique | Phish

Mots-clés

| | | | | |

Liens

NetSan NetworBouncing Around Euroom - My European Phish Journal
The Mook of LovePix'n Love Sakura 2009
Yome's TwitterMusique Vivante - Concerts



Check Google Page Rank


Recherche avancée

Now doing...

Now Listening...
Iron Maiden
Killers

Now Playing...
Playstation Portable
WipEout Pure

Now Listening...
Kamasi Washington
Heaven And Earth (disc1)

Now Listening...
Iron Maiden
A Matter of Life and Death

Now Listening...
Téléphon'mania
2018-06-21 Fête de la Musique

Now Listening...
Castlevania
Perfect Selection Dracula Battle

Now Listening...
John Coltrane
A Love Supreme

Now Listening...
Iron Maiden
The Final Frontier

Now Playing...
Playstation Portable
Archer MacLean's Mercury

Now Playing...
Switch
Captain Toad (Démo)

Now Watching...
Burger Quiz
Saison 2 Episode 20

Now Watching...
Burger Quiz
Saison 2 Episode 19