PFF : Phish va Funkiser ta Face

par Yome NetSan @ 28 octobre 2011

Tu ne le sais sûrement pas encore, mais Phish va sortir un coffret 7 Cds regroupant l'intégralité de 3 concerts en décembre. Il est déjà possible de le précommander sous plusieurs forme sur le boutique officielle Dry Goods et livephish.com.

Moi-même, je suis totalement vierge de ces 3 concerts (Hampton Coliseum 21 et 22 novembre 1997 and Winston-Salem 23 novembre 1997) parce qu'à l'époque, je connaissais Phish depuis à peine 3 mois et je pensais qu'ils étaient séparés depuis longtemps. Je me suis ratrapé depuis et j'ai écouté des enregistrements de toutes les époques de Phish mais bizarrement, je n'ai jamais entendu parlé spécifiquement de ces 3 soirées.

Ce matin, j'ai écouté pour la première fois le Mike's Groove (un enchainement de 3 morceaux) joué au début du premier concert à Hampton et mes oreilles ont litéralement fondu ! C'est trop plein de bons grooves et de funk ! Rien que Mike's Song (le premier morceau) a 4 jams bien distincts, dont un basé sur un fort tease de Black-Eyed Katty (un autre morceau débuté pendant cette tournée et qui deviendra plus tard, avec des paroles, The Moma Dance) ! L'enchainement avec I Am Hydrogen est tellement doux qu'on ne l'entend pas venir.

Tu peux (dois) écouter ce mp3 de 64Mo/35min en le téléchargant ici.

Lire la suite de l'article ici...

Catégories

Musique | Phish

Mots-clés

| | | | | |

3 ans, 2 mois et 6 jours

par Yome NetSan @ 26 octobre 2011

1162 jours, c'est ce qu'a duré la vie de ma Playstation 3 FAT 40Go.

Après avoir vécu de grandes aventures (Uncharted 1 et 2, Heavy Rain, Red Dead Redemption), des courses mémorables (Burnout Paradise, wipEout HD) et de nouvelles expériences (Pain, PixelJunk Eden, Flower, LittleBigPlanet, Rock Band), elle s'est éteinte hier soir alors que je regardais un DVD.

Lorsque j'essai de le démarrer à présent, la diode s'allume verte une seconde, rapidement jaune, puis clignote rouge. Le ventilateur démarre et s'arrête aussitôt. C'est le pire problème qui peut arriver à cette console : YLOD, Yellow Light of Death. Visiblement dû à une surchauffe des soudures sur la carte mère. J'ai pu récupérer le DVD (en appuyant sur le bouton Eject tout en allumant la console avec l'interrupteur physique de derrière) mais rien de plus. En plus, la panne arrive à 5 jours d'Uncharted 3 et alors que j'ai reçu hier soir le mail d'expédition de ma nouvelle guitare Fender Mustang Pro...

Le SAV de Sony me propose un échange standard pour 150€. Le problème est que j'avais fait un échange de disque dur de 40Go à 320Go. J'ai bien sûr toujours le disque d'origine dans un boitier externe, mais j'aimerais bien récupérer mes sauvegardes et désactiver les comptes PSN enregistrés sur ma console. J'ai vu plusieurs tutoriaux pour réparer les PS3 Ylodée à base de pistolet chauffant ou même en passant la carte mère au four !! Je tenterai ça ce week-end. Le but étant de pouvoir démarrer la console le temps de faire une sauvegarde des données sur un disque externe.

Mais pour la suite, il va falloir remettre la main à la poche. Sur Amazon, un Slim 160Go coûte 244,98€ et une 320Go coûte 261,34€. Alors oui, ça a bien baissé mais ce n'était pas vraiment prévu. J'ai donc annulé plusieurs pré-commandes de jeux (Super Mario 3D Land, Skyward Sword) et de disques (Hampton/Winston-Salem '97, Gish et Siamese Dream). J'espère pouvoir les trouver au même prix un peu plus tard.

Bon, il y a aussi les versions argentée et blanche de Game et Micromania, avec 2 DualShocks mais à 50€ de plus...

Bioshock : Rapture, un roman de John Shirley

par Yome NetSan @ 20 octobre 2011

Découvert par hasard en avril dernier, j'ai profité de mes vacances au Maroc pour commencer la lecture du roman tiré de l'univers de Bioshock : Rapture.

L'histoire, qui se situe entre 1945 et 1959, débute quand Sullivan livre à Andrew Ryan des clichés d'Hiroshima et Nagasaki, après les explosions nucléaires d'août 1945. Ce dernier prend alors la décision de mener à bien le Projet Atlantique qu'il garde secret depuis plusieurs années : la construction de Rapture, une ville utopique coupée du monde et ignorée des fédéraux, des soviets... au fond de l'océan.

On assiste alors à la construction des dômes et coursives avec un alliage de verre et de métal, à l'installation des habitants dans cette nouvelle vie sans gouvernement, où la liberté et l'absence de régulation sont les maîtres-mots. De là émergent des personnalités influentes comme l'artiste Sander Cohen ou les scientifiques Brigid Tenenbaum et J. S. Steinman. Libérés des carcans de la moralité, ils tentent les expériences les plus improbables et découvrent l'Adam et l'Eve. Confinés dans une cité sans ciel et dont ils ne peuvent s'échapper, les habitants perdent progressivement l'esprit à mesure qu'ils deviennent dépendants aux Plasmides. Sans réelle force de sécurité ni loi, le moindre conflit se règle dans la violence et il devient naturel de se promener avec une mitraillette à la main.

 

 

Les personnages sont pour la plupart des figures incontournables des jeux comme Frank Fontaine (dont l'histoire est très surprenante), Augustus Sinclair ou Sofia Lamb. D'autres ont été développés à partir des journaux audio que l'on trouve en jouant, comme le narrateur principal Bill McDonagh. Cela permet d'en savoir plus sur eux, pourquoi ils sont là et ce qu'ils ont apporté à Rapture. Enfin, de nouvelles têtes créées pour le roman font leur apparition et donne une grande profondeur (sans jeu de mot) à cet univers sous-marin. La visite de lieux mythiques comme le PhareArcadia ou Ryan Amusements rappelle l'angoisse claustrophobe ressentit à l'époque de la découverte du premier jeu. Rapture est finalement bien le protagonist principal, la raison d'être de tout... ce qui fait craindre pour la suite, à savoir Infinite.

 

A titre personnel, c'est la première fois que je lis un roman basé sur un jeu vidéo et en anglais qui plus est. Je suis très agréablement surpris par la qualité de l'écriture et par l'ambiance qui se dégage de chaque description, même si mes lacunes de vocabulaire me desservent parfois. L'univers de Bioshock se prêtait parfaitement à l'exercice du roman et la force de ce livre est de ne pas être une novélisation simple des jeux, il apporte réellement un plus à l'histoire. Bien que se déroulant avant, il est préférable à mon sens de le lire après avoir jouer aux jeux (surtout le premier).

Etant encore en train de finir Bioshock 2, je me rends compte que c'est moins le gameplay que l'ambiance et l'histoire qui sont passionnants dans cet univers. Personnellement, je prends autant, voire plus, de plaisir à lire ce roman qu'à jouer, un comble ! Il est assez ironique de constater que cette histoire brillante, noyée dans la narration d'un jeu de tir, remonte à la surface dans ce roman. Ce qui pose à nouveau la question de la narration dans les jeux vidéo...

 

De plus en plus, l'univers de Bioshock se révèle bien plus profond (encore), cohérent, riche, recherché et philosophique que celui de nombreux jeux, films ou romans. Le personnage d'Andrew Ryan partage d'ailleurs, en plus d'une ressemblance dans le nom, la même philosophie objectiviste que Ayn Rand. Cette dernière a écrit un roman s'intitulant La Révolte d'Atlas qui est très certainement à l'origine de Bioshock...

 

Cette histoire aurait peut-être mérité un meilleur média, mais aurait-elle alors touché autant de monde ? Je rêve toujours d'une bande-dessinée au style réaliste ou un film fidèle s'appuyant sur l'histoire et pas sur l'action et l'horreur...

 

Pour en savoir plus sur Rapture, les personnages et les évenements :

   - Wiki en français
   - Wiki en anglais
   - Les Archives de Rapture, avec tous les journaux audios (en anglais)

Sur le site Console Obsession (en anglais) :

   - Une interview de l'auteur John Shirley
   - Une critique très positive du roman

Le livre existe :

   - depuis juillet en anglais relié (grand format)
   - depuis juillet en anglais broché (format poche)
   - en novembre en français allemand broché (grand format)

 

Rayman Origins : petite preview en multi

par Caribou @ 19 octobre 2011

Bonjour à toutes et tous ! (ça résonne ici, ou c'est moi ? O_o)

J'ai eu la chance hier soir de pouvoir tester en avant première mondiale presque en même temps que tout le monde le prochain Rayman Origins à sortir bientôt sur un peu tous les supports.

Avis à chaud : "Du très bon !"

Nous avons joué sur Wii et la console ne fait pas trop sentir son retard technique par rapport aux autres consoles. Mais j'imagine que si je mettais mes yeux sur une version HD, mon ressenti serait changé. Un peu comme quand on a jamais mis les yeux sur un blu-ray. Une fois qu'on y goûte tout le reste semble fade... 

Bref, revenons à notre version Wii donc. C'est beau, c'est fluide, les animations sont vraiment belles et fun, et les décors sont vraiment chouettes ! Les musiques également sont entrainantes, marrantes et entêtantes pour certaines. Un vrai bonheur pour les yeux et les oreilles. 

Nous étions donc 4 hier soir à nous être lancés dans l'aventure. Les niveaux s'enchaînent vite et bien. Presque trop d'ailleurs. C'est peut-être un des seuls défauts que je trouve à ce jeu, c'est qu'il est presque trop facile. En tous cas en multi ! Vu que si on perd, on apparaît dans une bulle et aux autres de nous donner une baffe pour revenir dans le jeu (à la manière de New Super Mario Bros Wii). On ne peut donc quasiment jamais perdre et recommencer le niveau si on se débrouille bien. Sauf bien entendu quand tout le monde se fait avoir par le même piège. Même si ça arrive quand même pas mal de fois, c'est vrai, jamais nous n'avons vraiment eu à batailler pour arriver à bout d'un niveau "classique". Les niveaux de course après un coffre dont le nom m'échappe (!!) sont par contre une autre paire de manche. Ca va vite, très vite, trop vite par moment ! Et ça fait mal aux mains de se crisper autant sur la manette. Tout se joue au timing prêt et à la connaissance de parcours, qu'est-ce que c'est bon ! Du vrai jeu vidéo comme on aime ! Simple, basic, hypnotique et addictif ! Certaines phases à 4 sont parfois confuses et ont se demande où et que fait notre personnage, mais au final, on en rigole presque. Un demi-défaut, mais que je devais signaler quand même, grincheux comme je suis ! ;-)

Les commandes d'ailleurs sont simples mais vraiment complètes. Comme dans New Super Mario Bros Wii et d'autres, la Wiimote se tient à l'horizontale et seul le fait de devoir appuyer sur la gâchette B pour sprinter est un peu pénible par moment. Mais on se cale très vite en laissant tout le temps appuyer et on n'y prête attention que justement dans les niveaux de course dans lesquels nos mains sont mises à rude épreuve ! La conclusion de la soirée était tout de même qu'une vraie manette dite classique serait mieux. Nous n'avons pas essayé avec celle de la Wii d'ailleurs. Sinon, si vos mains sont fragiles, direction donc vers les autres consoles de salon. 

C'est bien peu de reproche à faire à ce jeu en tous cas. Reste donc le fun, et rien que le fun. Et ça fait drôlement plaisir de passer un aussi bon moment autour d'un écran. C'est bien simple, les presque 6h que nous avons passées à jouer sont passées très vite ! Et la banane tout le long ! 

Mais je reste toutefois persuadé que le jeu prendra encore plus de valeur sur une console HD. Les décors, couleurs, musiques et animations y seront encore plus à leur honneur et la manette sera plus agréable pour les papates !

Je trouverais dommage d'ailleurs de voir un tel jeu sur une console portable. Même en 3D sur la dernière de Nintendo car même si les décors ont énormément de profondeur, on passe très rarement "au fond" de l'image. L'intérêt de l'ajout 3D reste donc limité (avis aux amateurs de cette technologie....).

En conclusion, un vrai bon jeu "à l'ancienne". Du gameplay pur et dur aux petits oignons, très peu d'histoire, de beaux décors, et un multi vraiment fun !

Une certitude en tous cas, un des meilleurs jeux de la Wii et une valeur sûre de cette fin d'année !

Catégories

Mon avis | Jeux Vidéo | Nintendo Wii

Mots-clés

| | | | |

Réparations diverses

par Yome NetSan @ 17 octobre 2011

Les différentes réparations que je devais faire au mois de juin ont finalement été réparties sur plusieurs mois et il est temps de faire un petit bilan.

  • OK/KO Une Xbox 360 avec un jolie ROD.
    • Pâte thermique sur le processeur
    • Gomme à encre bleue sur les barrettes de RAM
    • Premier démarrage KO, j'ai laissé tourné pour faire chauffer la gomme
    • Second démarrage OK
    • Besoin d'une mise à jour car elle avait encore l'ancien menu !
    • Connexion à Internet avec le disque dur de mon Elite et mise à jour OK
    • Démarrage à la vertical pour jouer : ROD à nouveau KO
    • Démarrage à l'horizontal : OK
    • Je vais pour changer la date : freeze KO
    • Je relance la console : grésillements et bruits étranges dans les enceintes KO
    • Je re-relance la console : re-grésillements et re-bruits effrayants KO
    • Je ne relancerai plus la console sans l'avoir inspecté à nouveau : KO
  • OK Une NES qui a besoin de se faire redresser les pins.
    • Redressage rapide et efficace
    • Je peux jouer à Mr. Splash! sans problème !
  • OK Une Playstation Two qui ne répond plus.
    • Achat d'une seconde PSTwo noire à pas cher
    • Test de la manette argent sur la console noire KO
    • Test de la manette noire sur la console argent OK
    • La manette grise est donc HS.
  • KO Une PSP qui ne s'allume plus.
    • Aucun test, aucune réparation tentée.
  • OK Une GameGear qui a un écran qui foire.
    • Une collègue m'a offert la GameGear en boite de sa fille !
    • Un autre collègue a retrouvé sa GameGear et me l'a offert avec 7 jeux !

Africa Band : A Moroccan Tribute to Pink Floyd

par Yome NetSan @ 14 octobre 2011

Encore une fois, je suis parti en vacances au Maroc fin septembre. Pas grand chose de prévu cette fois-ci, ni beaucoup de bagages vidéo-ludiques.

Mais à peine arrivé, mon beau-père me parle qu'il y a un gros concert le jeudi suivant au Mégarama de Casablanca, un cinéma multi-salles situé au bord de l'océan. Il ne sait plus qui joue mais cela pourrait m'intéresser. Soit, je regarde sur internet et découvre qu'il s'agit d'Africa Band : A Moroccan Tribute to Pink Floyd. Un groupe entièrement marocain, visiblement renommé, qui fait un concert hommage à Pink Floyd ! La description parle de réinterprétation avec des instruments orientaux et l'extrait disponible est plutôt prometteur. Le prix des place est de 100 ou 200 dirhams (soit environ 9€ ou 18€) suivant le placement et il reste de très bonnes places. Je n'hésite pas très longtemps et j'achète mon billet en allant voir le dernier Harry Potter deux jours avant la date.

Le concert a lieu dans la salle 8 du complex. La scène est assez grande et ressemble, toute proportions gardées, à celle de la dernière tournée du groupe en 1994, durant laquelle P.U.L.S.E. a été enregistré : un écran en demi-cercle recouvre tout l'arrière de la scène et un autre rond se trouve au milieu. Le public arrive petit à petit. Les places étant numérotées, on ne se presse pas pour être en avance.


 

Les lumières s'éteignent et des battements de cœur se font entendre, puis du vent, des mouettes... Shine On You Crazy Diamond. Très bon commencement, c'est peut-être mon morceau préféré. Le solo de saxophone est remplacé par le violon, qui apporte une touche orientale très originale mais qui colle finalement très bien. Des images planantes sont projetées sur les écrans. On est directement dans l'ambiance, façon The Division Bell Tour.

 

Et boom ! On passe de la douceur de Shine On à la violence d'In The Flesh ! Avec les moqueries sur le public et les effets sonores de guerre et d'avions. Très risqué comme choix de chanson car il faut jouer la haine mais ils s'en sortent très bien.

Le reste du set sera consacré à des morceaux plus récents tirés de A Momentary Lapse of Reason et The Division Bell. Le guitariste assure vraiment bien les solos, très fidèle au jeu de David Gilmour. Le violoniste n'est pas présent sur tous les morceaux par contre, ce qui fait que la touche marocaine ne se ressent pas toujours.

 

Petite pause de 5 minutes avant le début du second set. Le violoniste joue la partie acoustique de Hey You au luth. Le mélange avec la guitare électrique est vraiment bon (cf. vidéo plus bas).

Le groupe s'amuse visiblement bien. Les choristes font des petites blagues et des rires inquiétants quand le chanteur parle des lunatiques en annonçant le morceau suivant : Brain Damage bien sûr.

L'enchainement avec The Happiest Days of Our Lives est inattendu et vraiment brillant. Je suis très content qu'ils jouent cette partie pour introduire la chanson de Pink Floyd que tout le monde connait : Another Brick in the Wall, Part II

Très bonne surprise : un chœur d'enfants d'une école d'art de Casablanca arrive pour chanter avec le groupe ! Eux aussi font le show et remportent l'adhésion de tout le monde. Je me rends compte au fur et à mesure du concert qu'une bonne partie du public est constituée de connaissances du groupe ou des parents de ces enfants !
Et comme une surprise n'arrive jamais seule, un autre enfant de 13 ans, Neil, arrive en costume d'écolier anglais avec une guitare et vole la vedette au leader du groupe ! Le solo du morceau se transforme en duo entre les deux guitaristes. Vraiment impressionnant !

 

Changement d'ambiance pour Wish You Were Here où le guitariste passe à l'acoustique et s'installe entre deux des choristes. Ce sont elles qui chanteront le morceau, accompagnées du violoniste.

Le concert se termine avec encore plus de superbes solos de guitare, dans une ambiance de plus en plus chaude (on est au Maroc, dans une salle de cinéma non climatisée).

 

Set 1
Shine On You Crazy Diamond (Part I-V)*
In The Flesh
What Do You Want From Me ?
A Great Day For Freedom
The Dogs of War
Coming Back To Life*
Learning To Fly
High Hopes*

Set 2
Hey You**
Is There Any Body Out There ?
Brain Damage >
The Happiest Days of Our Lives >
Another Brick in the Wall, Part II***
Wish You Were Here*
Time
Comfortably Numb

Encore
Sorrow

Notes
* avec violon
** avec luth
*** avec un chœur d'enfants et un guitariste de 13 ans d'une école d'art de Casablanca

 

2 articles avant et après le concert :

 

Le site officiel et des vidéos :

 

 

Catégories

Mon avis | Musique | Pink Floyd

Mots-clés

| | | |

Liens

NetSan NetworBouncing Around Euroom - My European Phish Journal
The Mook of LovePix'n Love Sakura 2009
Yome's TwitterMusique Vivante - Concerts



Check Google Page Rank


Recherche avancée

Now doing...

Now Playing...
The Legend of Zelda
Oracle of Seasons

Now Listening...
Phish
2017-07-29 Baker's Dozen

Now Reading...
Miles Davis
33 1/3 : Bitches Brew

Now ...

Now Reading...
Pix'n Love
L'Histoire de Zelda vol. 1

Now Playing...
The Legend of Zelda
Oracle of Seasons

Now Playing...
Jeu de société
Kingdomino

Now Listening...
Miles Davis
Bitches Brew

Now ...

Now Playing...
Playstation Vita
Minecraft

Now Listening...
P!nk: Live From Melbourne
The Truth About Love Tour

Now Playing...
Android
Finding Teddy