Bière et Rock'n Roll : Une soirée avec Fred Raspail et Leonie Singt

par Yome NetSan @ 10 novembre 2016

Samedi dernier, je suis retourné dans mon Chablais natal, pour passer la soirée dans une brasserie. Mais pas n'importe laquelle : la Brasserie Artisanale du Léman, à Allinges (en Haute Savoie donc, à côté de Thonon-les-Bains).

On fêtait ici l'arrivée de la bière de Noël et la première boisson était d'ailleurs offerte par la maison. Je connaissais la marque mais je n'étais jamais venu directement sur le lieu de fabrication. C'était très plaisant d'être au milieu des fûts et des cuves de fermentation. La bière est très bonne mais j'ai malheureusement oublié d'en prendre quelques bouteilles en partant...

En même temps, j'étais surtout venu là pour la musique. En effet, l'occasion était aussi de célébrer la sortie du dernier album de Fred Raspail, dont j'avais déjà parlé il y deux ans. A l'époque, il venait de sortir en vinyle sont second album solo, French Ghost Songs Part II. Depuis, il a continué l'aventure de son label indépendant BonFeeling Records, a sorti La Grappa du Diable (un EP 10" avec G.Rag et Zelig Implosion) et tourné en Europe (surtout en Allemagne) et en Amérique du Sud. Je suis notamment allé le voir à Lyon au Trokson et au Ninkasi Kao en première partie d'Astonvilla.

 

 

En mai dernier, il a lancé une campagne de financement participatif couronnée de succès pour finaliser son nouveau disque. Warngauer Strasse (French Ghost Songs Part 4) est donc arrivé début novembre et j'ai profité de cette soirée pour récupérer mon exemplaire (forcément en vinyle) directement à la source !

 

 

Lire la suite de l'article ici...

Catégories

Mon avis | Musique | Raspail

Mots-clés

| | |

Annonce de la Nintendo NX ou confirmation de la Switch ?

par Yome NetSan @ 20 octobre 2016

Comme prévu, Nintendo a annoncé sa prochaine console aujourd'hui. Elle s'appellera la Nintendo Switch... et, comme prévu, c'est à peu près la seule surprise de cette vidéo 3 minutes.

"Cette vidéo de présentation sera un avant-goût des informations qui vous serons révélées sur la console ultérieurement."

 

Le concept

En effet, toutes les caractéristiques de la machine formerly-known-as-NX avaient été dévoilées par plusieurs fuites et rumeurs depuis des mois. Un peu comme les Playstation 4 Slim et Pro, l'annonce est en fait une simple confirmation.

L'idée "novatrice" de cette console est donc de pouvoir jouer n'importe où. On peut commencer la partie dans son salon, sur sa télé, puis prendre une partie de la console (l'écran) et de la manette pour les assembler et sortir avec une console portable. La manette principale se sépare en deux et chaque partie se reconnecte de part et d'autre de l'écran.

Oui, on a donc une console portable démontable avec un dock, quoi. C'est l'idée de la Wii U et du couple PS4/PS Vita portée à son paroxysme.

Lire la suite de l'article ici...

Festival Jazz à Vienne 2016

par Yome NetSan @ 28 juillet 2016

Début juillet a été marqué par l'édition 2016 de Jazz à Vienne que j'attendais depuis Noël dernier où j'avais reçu l'abonnement 7 soirées. Contrairement à mes comptes rendus de 2013, j'ai préféré, cette année, faire un seul ((très) long) article ponctué de (mauvaises) photos.

Dès mon arrivée, j'ai repris mes marques en retrouvant les mêmes habitués (mention spéciale à l'homme à la casquette qui gère tout dans la file d'attente abonnés comme s'il était chez lui), l'attente au soleil, la bière pas terrible et la course à la bonne place. Pourtant, quelques changements ont été opérés sur le festival et montrent une certaine réduction de budget : le beau programme précédemment offert aux abonnés (7€ dans la boutique) n'a pas été édité cette année et a été remplacé par un simple poster arborant les affiches des années passées en petit format, le fond de la scène n'est plus décoré par le visuel de l'affiche justement mais par quelques écrans et de simples spots. Il y a aussi beaucoup moins de caméras pour capter les concerts et certaines d'entre-elles restent fixent, sans caméraman derrière.

 

Lire la suite de l'article ici...

Les Horloges

par Yome NetSan @ 22 avril 2016

Vous vous souvenez sûrement que j'étais allé voir des concerts de Phish aux Etats-Unis, il y a maintenant deux ans et demi (déjà ! O_o) ?
Vous vous souvenez probablement que j'étais accompagné, lors de ce voyage, par Gilles, un fan genevois ?
Vous vous souvenez peut-être enfin que, lors de notre dernier trajet en voiture entre Atlantic City et Philadelphie, il m'avait fait écouter son projet musical en cours de gestation ?

Et bien ce projet a vu le jour au début du mois d'avril !

 

Réglez vos montres !

C'est un conte musical qui s'appelle Les Horloges, composé et écrit donc par Philippe de Weck et Gilles Roux.

L'histoire est celle d'horloges (sans blague ?) vivant paisiblement dans leur village, bien réglées sur la cadence de leur roi. La vie s'écoule tranquillement au rythme des aiguilles.

Mais un imposteur se lève pour encourager les horloges à se libérer du tempo imposé par le roi, à se dérègler et à sonner quand bon leur semble. La révolte gronde pour gagner la liberté, mais celle-ci les mènera vite à l'anarchie...

L'histoire et les paroles se dévoilent dans un très joli livre-disque, richement illustré par Joana de Chambrier.

 

 

Réglez vos enceintes !

Mais contrairement à ce que l'on peut s'imaginer d'un disque pour enfants qui masquerait sa pauvreté musicale avec un visuel "tout mignon", le vrai enjeu est ici le plaisir des oreilles.

C'est vrai, ça ! Pourquoi nos enfants ne pourraient-ils pas écouter de la vraie bonne musique faite par de vrais bons musiciens ?

C'est ce que se sont dit les auteurs et chacun des douze morceaux (comme les heures d'un cadrant) reflète un style différent, de la folk au rock psychédélique des années 60/70 ! Les instruments sont variés et biens réels. Pas de boîte à rythme ou de clavier Bontempi : on imagine bien les doigts sur les cordes ! Les musiciens ne s'interdisent pas non plus les arrangements audacieux avec changements de rythme et solos de guitare (mention spéciale à la piste 6 "Anarchie, Liberté"). Ils se font plaisir et ils le partagent. On croit entendre parfois des relents du Pink Floyd des 60's ou des Grateful Dead.

Seules les parties chantées peuvent trahir la jeunesse de la cible d'origine. La voix me fait un peu penser à un conteur de chansons médiévales mais ce n'est pas un mal car cela colle très bien avec les paroles. Les textes sont intelligents et drôles, jamais niais ou trop enfantins. L'histoire a ses rebondissements et ouvre la porte à la discussion avec les plus jeunes.

Bref, c'est un vrai régal que d'ouvrir mon fils à cette musique que j'aime. Et pour une fois, les parents ne rechigneront pas à écouter le disque du fiston dans la voiture !

 

Je vous invite donc à visiter le site officiel du disque (leshorloges.com) où vous pourrez écouter des extraits, télécharger les paroles et prolonger l'expérience avec des fiche-jeux à télécharger.

Le disque est sorti chez Ad Vitam Records et est distribué par Harmonia Mundi (ce n'est pas rien). On le trouve pour l'instant en France à la Fnac et Leclerc ainsi qu'en en Suisse chez Paillot et Nature & Découverte.

Et sachez qu'alors que la tournée de promotion commence pour mon pote (interview radio, TV, France Musique demain matin...), le master vient d'être terminé pour la version... vinyle !

 

Catégories

Mon avis | Musique

Mots-clés

| | |

Ma Collection Virtual Boy

par Yome NetSan @ 4 septembre 2015

Enfin !

Après plusieurs années, voici enfin que je mets à jour ma collection Virtual Boy et que j'en parle sérieusement sur Gamusik ! Cette console fait pourtant partie de mes préférées, tant elle est unique, atypique et mal aimée.
J'ai profité du déménagement en cours de ma collection du rez-de-chaussée au second étage pour faire un passage au "coin photo" du premier.

 

Lectures 2D

Comme beaucoup, j'ai découvert l'existence de ce qui s'appelait encore la VR-32 (Virtual Reality 32 bits) dans les magazines que je lisais en 1994, notamment Super Power et Player One.

A l'époque, plusieurs casques de "réalité virtuelle" avaient été plus ou moins annoncés par différentes société, dont SEGA. Mais, sauf erreur, Nintendo ont été les seuls à commercialiser une machine sur ce principe, bien que la notion de casque n'ait pas été retenue. Au final, il s'agit plus d'une paire de jumelles sur pied mais qui conserve un affichage innovant en 3D stéréoscopique (on voit la profondeur dans les images).

A cause de son affichage en rouge sur noir et de son concept à la marge, elle n'a malheureusement pas résisté à la Playstation et la Saturn. Cela peut se comprendre, même si ces deux machines ne jouaient pas vraiment dans la même catégorie (tiens, ça me rappelle quelque chose, non ? Wii ?)...

Sa durée de vie fut peut-être la plus courte pour une console depuis 30 ans : de juillet à décembre 1995 au Japon et d'août 1995 à mars 1996 aux USA !

 

 

Enchères 3D

Cantonnée aux marchés japonais et américains, cette console est restée pour moi un rêve d'adolescence pendant des années... jusqu'à mon entrée de la vie active et mon premier salaire !

J'ai découvert à ce moment-là eBay et j'ai vite réalisé que je pouvais acheter tout ce dont j'ai toujours rêvé... dans certaines proportions ! Entre deux disques promo de Phish, je me suis donc rappelé de cette console obscure et je suis passé à la caisse.

Le projet a assez rapidement pris les airs d'une petite affaire un peu ridicule : je commandais presque tout ce qui passait, souvent en plusieurs exemplaires, faisais livrer mes colis sur mon lieu de travail et stockais le tout sous mon bureau. Je revendais les doubles pour financer les prochains achats, reconstituant des consoles complètes à partir de pièces détachées, etc. J'ai pu faire ça sans compromettre le paiement du loyer parce que l'on était en 2003/2004. La folie du retro n'avait pas encore prise et, jusqu'en 2007/2008, j'ai pu compléter ainsi bon nombre de mes collections à moindre frais. Aujourd'hui, avec un salaire bien supérieur à celui que j'avais alors, il me serait impossible de refaire la même chose. Mais tout cela est une autre histoire...

Lire la suite de l'article ici...

88 Miles, retour vers le futur du jazz

par Yome NetSan @ 20 mai 2015

Mon fils est comme moi.
Depuis qu'il m'a vu jouer à Captain Toad Treasure Tracker et Super Mario 3D World et qu'il y a lui-même goûté, il ne parle plus que de ça à tout le monde. Il construit des niveaux en Clipo, fait des dessins et regarde des "Let's play" sur Youtube à tel point qu'il connait les niveaux par cœur avant même de les avoir atteint pour la première fois ! Il marche par "phases d'obsession" : avant ça c'était les trains, après les Lego et les Mixels et, dans une semaine, il aura oublié tout ça et sera parti sur autre chose.
C'est une sorte de monomanie passagère et ça m'énerve parce qu'il tient ça de moi.
[EDIT 2016 : j'avais raison, il est passé à Rayman (Origins et Legens) et Kirby]

 

Des kilomètres de lectures 

Depuis que j'ai emprunté l'édition anniversaire de Kind of Blue à la médiathèque de mon village fin mars, je suis moi-même reparti dans une période Miles Davis. Mais cette fois, histoire de faire les choses à fond, je me suis lancé dans la lecture de son autobiographie, ce que je voulais faire depuis des années.

Le livre est passionnant du début à la fin. Même si quelques sessions légendaires (comme justement celle de Kind of Blue) sont assez vite éludées, il passe en revu toute sa carrière avec une précision étonnante. Le ton et le style sont décontractés, comme si Miles était en train de nous raconter son histoire autour d'un verre. On remarque d'ailleurs assez vite ses expressions de langage récurrentes comme "shit", "it was bad" (pour dire que c'était très bien), "it was something else" et surtout les "motherfucker" (au moins un par page au début, moins à la fin... ou alors je me suis habitué). Je serais d'ailleurs curieux d'en parcourir une traduction française pour comparer. Cela s'explique car le livre a été retranscrit par Quincy Troupe à partir d'entretiens (des monologues ?) fait avec Miles.

On écoute donc le trompettiste nous raconter comment il a côtoyé tous les grands d'avant pour qui il était sideman (Charlie "Bird" Parker, Dizzy Gillespie...) et comment il a formé la plupart des grands d'après, ses sidemen devenus leaders et que l'on croise encore sur scène en 2015 (Herbie Hancock, Wayne Shorter, John McLaughlin, Marcus Miller).
Plus qu'un livre sur la musique, c'est aussi un témoignage très intéressant sur une époque (les clubs de jazz de la rue 52 de New York), un style de vie débridé (alcools, drogues, femmes), le tout saupoudré d'un racisme ambiant et permanent qui l'a rendu presque lui-même raciste dans l'autre sens, tellement il en voulait à tous les blancs. Et même si son point de vue sur les critiques, les politiques, la police et sur même l'histoire est souvent assez juste (comment peut-on dire que l'Amérique a été "découverte" alors que les Indiens y habitaient déjà ?), on sent bien qu'il est obstrué par une forte rancœur après des années et des années de racisme.

Quelle(s) aventure(s) !

Lire la suite de l'article ici...

Apprendre un instrument de musique par les jeux vidéo ?

par Yome NetSan @ 24 avril 2015

J'ai toujours été partagé entre ma passion des jeux vidéo et celle de la musique.

J'ai souvent rêvé de faire une carrière dans un groupe de jazz-rock ou de me lancer dans le développement de jeux. Etrangement, j'ai beau être développeur C# depuis des années, la première option m'a toujours paru plus abordable, sans que je ne me lance vraiment...

Mais depuis que j'ai goûté à Guitar Hero sur Playstation 2, mes deux passions se sont retrouvées et je ne m'en lasse pas. D'autant que depuis quelques mois, la tendance c'est inversé et ce sont des jeux vidéo qui m'ont redonné le goût de jouer sur de vrais instruments !

 

Ca m'gratte !!

J'ai commencé à jouer de la guitare un peu avant mon bac, en 1998. J'avais emprunté la guitare classique que ma voisine n'utilisait plus depuis des années pour voir si je m'amuserais autant qu'avec mon clavier électronique. Un pote du lycée m'avait expliqué les bases pour déchiffrer des tablatures et un ami de mon père comment accorder l'instrument (ça peut aider). Je jouais surtout du k's Choice et du Smashing Pumpkins, principalement en grattant les accords et en chantant par dessus. Mes parents m'ont finalement offert cette guitare quand j'ai réussi l'examen en juin.

Au fil des années, j'ai eu une guitare électrique (Yamaha Pacifica 112L YNS), une folk électro-acoustique et un pédalier Digitech RP200. Je me suis vraiment pris au jeu et j'ai même fait 2 petits concerts avec un groupe pendant mes études à Annecy en 2002 et 2003 (photos du premier ici (impossible de remettre la main sur la vidéo), photos et vidéo du second ici). Ce n'était pas fameux, fameux mais bon...

En entrant dans ce qu'on appelle la "vie active", j'ai commencé à moins l'être... actif. Mon temps libre se passait de plus en plus sur mon ordinateur ou devant mes consoles. Mes guitares sont restées dans leurs étuis entre 2008 et 2014.

 

Lire la suite de l'article ici...

Liens

NetSan NetworBouncing Around Euroom - My European Phish Journal
The Mook of LovePix'n Love Sakura 2009
Yome's TwitterMusique Vivante - Concerts



Check Google Page Rank


Recherche avancée

Now doing...

Now Listening...
Mike Gordon
2016-12-03 Atlanta, GA

Now Playing...
NES - Zelda II
The Adventure of Link

Now Playing...
The Legend of Zelda
Breath of the Wild (Switch)

Now Playing...

Now Listening...
Magma
BBC 1974 Londres

Now Playing...
NES - Zelda II
The Adventure of Link

Now Playing...
Nintendo 3DS
Bye-Bye BoxBoy!

Now Playing...
Nintendo 3DS
BoxBoxBoy!

Now Watching...
Walt Disney
Le Monde de Dory

Now Playing...
Game Cube
Pac-Man Vs.

Now Playing...
Wii
Cyberbike Cycling Sports

Now Playing...
Switch
Splatoon 2 Global Testfire